:: Lazuli Island :: Saphiville :: Immeuble Rocket Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(Murphy) compagnons dans le crime

avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 66
Voir le profil de l'utilisateur
() Ven 16 Juin 2017 - 14:34
Compagnons dans le crime
Murphy & Andy

Il était neuf heures passées, et la lune dominait déjà le ciel dégagé de la ville. Le soleil avait laissé sa place aux lampadaires et la lumière artificielle éclairait fortement les rues encore traversées par les derniers habitants et les fêtards. Andy n'entrait dans aucune des deux catégories bien qu'elle soit une nouvelle résidente de Saphiville, logeant depuis moins d'une semaine dans l'immeuble Rocket. La jeune fille ne comprenait pas comment l'organisation pouvait abriter ses membres sans éveiller les soupçons du reste de la population, mais après tout rien ne lui disait qu'aucune magouille n'était mise en place pour « blanchir » le lieu aux yeux des badins. Les chambres – ou en tout cas la sienne – n'avait rien de somptueuses et ne comportaient que le minimum, mais cela ne gênait pas la rousse pour qui la richesse ne souriait pas depuis l'enfance. Un petit panier reposait sur la table de chevet pour Arsenik, collé au lit de sa dresseuse, mais la rapion préférait squatter illégalement le lit d'Andy qui semblait bien plus confortable et spacieux que sa propre couche. La sbire avait commencé par râler avant d'elle même se prendre au jeu, appréciant réellement la présence physique de Nikie ainsi que sa compagnie. La demoiselle avait décidé de visiter un peu l'endroit mais elle n'avait fait que repousser l'échéance, ne désirant pas se frotter à ses chers collègues sitôt débarquée. Les jours s'étaient précédés et elle se retrouvait à présent sur le pas de sa porte, une semaine plus tard, son courage hésitant à se faire la malle. « Prête, Nikie ? » Le pokémon hocha la tête d'un geste sec avant de se mettre en marche, forçant sa pauvre dresseuse à le suivre, redoutant d'éventuelles rencontres en compagnie d'Arsenik mais les craignant davantage si elle était seule. « Punaise attends... Tu sais même pas où tu vas. » Véridique, mais cela n'empêchait pas Arsenik de trotter de ses petites pattes contre le plancher du sol, tantôt dévalant une rangée de marches, tantôt escaladant un escalier, pour se atterrir finalement devant une large porte. Andy découvrait cette zone pour la première fois et hésita quelques secondes avant que Nikie ne gratte à la porte d'une de ses griffes, incitant sa dresseuse à l'action. « Nikie ! Bravo, maintenant not' présence est grillée, on est obligées de rentrer si on veut pas passer pour des idiotes... T'es vraiment une artiste. » Inspirant profondément, la rousse poussa la porte pour révéler ce qui devait probablement être une sorte de salle commune. Elle haussa un sourcil roux, puis le second, fit un pas, deux, trois et avança avec plus de confiance à l'intérieur de la salle. Elle paraissait déserte au premier abord mais la jeune fille n'avait pas aperçu la silhouette qui se dessinait derrière un fauteuil, un peu plus à gauche. La décoration n'avait rien d'exceptionnelle et Andy se dit que, peut-être, c'était ça le thème de la déco de l'immeuble. Le simple, histoire de ne pas attirer l'attention ou les questions gênantes. Il est vrai qu'elle même n'aurait pas su qu'elle se trouvait dans l'immeuble de la Team Rocket si elle n'en faisait pas partie. Nikie, elle, au contraire de l'humaine, avait senti la présence de l'autre visiteur et sa queue fouettait l'air avec humeur, n'aimant pas vraiment la compagnie. « Mais qu'est-ce qui t'prend, Arsenik ? Pourquoi tu... » Elle n'avait pas fini sa phrase que la lumière se fit, et elle se tourna brusquement dans la direction que regardait Nikie. « Y a quelqu'un », dit-elle haut et fort à l'attention de l'inconnu. Ce n'était pas une question mais une affirmation, elle avait appris à faire confiance aux instincts de son pokémon et celle-ci ne se trompait sûrement pas si elle pensait qu'une personne les avait précédées dans la pièce.  

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 37
Voir le profil de l'utilisateur
() Dim 18 Juin 2017 - 15:08
Compagnons dans le crime.Encore une nouvelle journée qui s’achève… Une journée à… S’occuper d’un gamin, du gamin de Raine. D’un gosse de deux mois, qu’on devait nourrir presque toute les heures… Et ensuite le faire dormir. Et pendant qu’il dort, on s’occuper de nettoyer ses affaires. Super. Les meilleures journées de Murphy… Ou pas. Enfin, au moins, maintenant il était libre, le regard vide, et las de tout, Gëlla la Poussifeu qui trottinait dans les couloirs de l’immeuble en suivant son dresseur, mais qui elle était plus joyeuse. Le parfait contraste. Et puis Murphy avait poussé la porte de la pièce commune. Il avait attrapé une tasse et appuyé sur une boisson au hasard sans même regarder ce qu’il avait pris. Et c’était installé sur un fauteuil dans un énorme soupire. Gëlla vient s’installer sur la table, à demi intéressée par le contenu de la tasse. Actuellement, Murphy représentait l’archétype parfait de la personne blasée : le regard endormi, une main posée contre sa joue pour soutenir sa tête beaucoup trop lourde pour rester en place seule, et avachi comme un tas de vêtement à l’abandon sur une chaise. Dans un ultime soupire, Murphy se décida à prendre une gorgée de la boisson bizarre qui traînait dans sa tasse. Et… Il grimaça. « Berk, du café… Qui est assez bête pour aime ça ? ». Gëlla grimaça à son tour. Visiblement le contenu de la tasse ne l’intéressait plus autant qu’un début… Néanmoins, Murphy garda la tasse… Parce que c’était amusant de touiller le liquide noir qui était maintenant froid et avait encore plus mauvais goût – oui, Murphy avait regoûté, juste au cas où, mais c’était toujours aussi horrible, voire même encore plus. En soit, Murphy pouvait bien rester là pendant des heures, surtout parce que si Raine l’appelait, il aurait moins la flemme d’aller la voir que s’il s’enfermait dans sa chambre, allongé sur son lit à dormir. « On s’emmerde un peu ici, quand même… ». C’était bien vrai, en dehors des fois où il croisait Raine et deux à trois autres sbires… La seule personne humaine qu’il côtoyait était un gosse de deux mois. Il n’avait jamais rencontré d’autres sbires, déjà parce que la plupart d’entre-eux lui crachait dessus : bah oui, il était un privilégié à être avec la boss, alors forcément qu’on ne l’aimait pas vraiment ; et puis aussi, il n’était qu’un enfant au regard des autres.

Ah… ? Un peu d’animation soudaine ? Murphy avait entendu la porte s’ouvrir. Quelqu’un arrivait. Qui ? Oh, il n’en savait rien, sans doute un gars venu se chercher à boire, ou un truc à grignotait qui repartirait dans deux secondes sans même voir qu’il n’était pas seul dans cette pièce. C’était aussi un peu pour cela que Murphy c’était installé dans un coin de la pièce. Personne ne viendrait l’embêter, et c’était tant mieux. Il n’avait pas la tête à discuter. Mais… Visiblement l’autre personne avait le regard d’un Flamiaou, et avait remarquée qu’elle n’était pas seule. Murphy leva les yeux au ciel, il ne pouvait pas faire comme s’il n’avait pas entendu, il n’y avait personne à part eux deux, la pièce était petite, et la femme avait parlé distinctement. Et finalement il se retourna. « Euh… Ben oui, il y a quelqu’un… Bonsoir ? Je suppose ? ». Il dévisagea la femme. Une rousse. Il lui donnait l’âge de Raine, à quelques années prés. Et elle avait un… Machin violet rampant… Un Rapion sans doute. Murphy lança un regard à Gëlla, cette dernière avait le regard rivé sur le Rapion. Tss, peureuse. « Excusez-moi, mais… Je crois que je ne vous connais pas, si ? ». Murphy avait beau ne pas avoir parlé avec tous les membres de la Team Rocket, il avait au moins vu une fois le visage de chacun. Sauf de cette femme. Tu vas voir, elle est des services secrets et est la pour l’embarquer. Ah, où est la sortie la plus proche déjà ? Enfin, y a-t-il une autre sortie que la porte juste derrière la rousse ? Mmh… Non. Et zut !

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 66
Voir le profil de l'utilisateur
() Dim 18 Juin 2017 - 17:37
Compagnons dans le crime
Murphy & Andy

La chance la fuyait, pensa-t-elle alors qu'une autre voix que la sienne résonnait dans la salle commune. L'inconnu avait mis fin à sa courte exploration qu'elle venait juste d'amorcer, réduisant à néant sa dernière opportunité de tracer sa route. Nikie faisait cliqueter ses crochets alors que sa queue agressait l'invisible poussière, hâtant sa dresseuse d'agir, sans quoi elle le ferait à sa manière. La rousse dirigea ses yeux bruns vers la source de la réponse, ses iris se posant sur un fauteuil massif qui reposait dans un coin de la pièce, un peu à l'écart. Cependant, quelque chose la titillait. La voix ne lui avait pas paru si âgée que cela, après tout, et même si elle ignorait l'âge moyen des sbires de la Team Rocket, celui-ci lui semblait bien jeune. Elle se rapprocha d'un pas assuré, Arsenik sur les talons, avant de contourner le siège pour se retrouver face à face avec son utilisateur. Elle avait craint cette première rencontre, qui marquerait réellement le début de son entrée dans la Team Rocket, si elle en doutait encore. Appréhensive, elle s'était imaginé toute une histoire rocambolesque dans laquelle elle ne finissait pas indemne, et elle croisait un jeune homme qui ne devait pas encore avoir atteint la vingtaine. C'était une surprise surprenante, mais agréable. La demoiselle se sentit se détendre légèrement malgré elle en dévisageant son interlocuteur, les sourcils légèrement froncés. « Nan, on n'se connaît pas, j'suis... nouvelle. Je viens d'arriver. » Se mordillant la lèvre inférieure, la rousse sembla hésiter, jaugeant le nouveau venu avec précaution. Elle ne ferait pas preuve de naïveté sitôt arrivée, et bien que le garçon n'avait rien d'inquiétant à vue d’œil, il pouvait très bien s'agir d'une façade. Elle ajouta néanmoins, jaugeant toujours son vis-à-vis de ses yeux sévères, « Andy. Elle, c'est Arsenik. Et vous... » A peine eut-elle entamée sa phrase que son rapion mit fin abruptement à la discussion, sa griffe surgissant de nulle part pour tenter d'atteindre le garçon. Andy eut le réflexe de la saisir par le ventre avant qu'elle ne le touche et lutta quelques secondes avec elle avant de parvenir à se saisir de sa pokéball. « Nikkie, punaise, reviens ! J'suis déso, je sais pas c'qui lui a pris, je la connais pas bien encore. J'espère que ça va? » Elle se sentait stupide, désormais. Première rencontre, première gaffe, et elle n'y était strictement pour rien. La jeune fille avait perdu de son air sévère, regardant à présent le garçon avec incertitude et un brin d’agacement. « C'est pas top comme présentations, si on s'recroise je la rentrerais dans sa pokéball... » Elle ne lui devait rien, pas même de justification, mais il ne serait pas dit qu'elle n'avait pas mis toutes les chances de son côté dès le début.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 37
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 19 Juin 2017 - 10:08
Compagnons dans le crime.Un coup d’œil vers la fenêtre. La nuit. Aucune idée de l’heure. Sans doute dix heure, peut-être moins ? Plutôt logique du coup de trouver quelqu’un ici, elle devait se préparer à partir en mission nocturne traquer un mec, voler un truc, ou Jirachi savait tous les crimes que pouvait commette la Team Rocket. Enfin, quoi qu’il en fût, l’inconnue lui confirma qu’ils ne se connaissaient pas. Et qu’elle était nouvelle. Murphy hocha la tête, elle semblait un peu… Sur la réserve ? Ou peut-être que c’était hésitante ? Il n’en savait pas trop… Enfin, c’était normal d’un côté, on va ne pas raconter sa vie et s’exclamer de tout dans la joie et la bonne humeur avec un type qu’on ne connaît pas du tout. Et puis finalement, elle reprit la parole. Pour se présenter. Sauf que Murphy n’eut pas le temps d’en savoir davantage ou de s’exprimer à son tour, parce que… Ah bah son Rapion, qui fichait une trouille monstre à Gëlla venait d’atterrir sur la table et approchait d’un air… Un peu trop menaçant. Enfin, on lisait clairement dans ses yeux qu’il n’était pas là pour faire des câlins.

Premier réflexe de Murphy en voyant un Rapion lui foncer dessus ? Oh, eh bien repousser Gëlla au loin. Pour deux raisons simple : la première, jamais elle n’irait charger de Pokémon – dans le cas contraire, il serait bête d’entamer un combat maintenant… Et en plus, Gëlla n’aime pas combattre, donc ce n’est même pas la peine de supposer une réaction offensive de sa part. Et la deuxième raison… Si le Rapion approchait trop, eh bien la Poussifeu allait juste hurler. A en casser les oreilles de tout le monde. On voyait souvent des Pokémon venir en aide à leur dresseur, aller les secourir quand ils en avaient besoin… Ah, ben Gëlla c’était tout l’inverse, on pouvait bien en rêver qu’elle devienne ainsi… Peureuse comme elle l’est… Enfin, au moins, cette femme… Andy elle avait dit ? Enfin, Murphy l’appellera la rousse, tant qu’il n’est pas sûr de son prénom. Donc, au moins, la rousse avait vite repris son Rapion, et il ne présentait actuellement plus une menace. Mmh… Tant mieux ? « Ben, moi ça va… ». Disons que Murphy n’était pas du genre à être effrayé par des petites choses, au pire, il aura juste reçu une injection de poison… Un truc empoisonné en plus dans sa vie, ça ne l’aurait pas beaucoup changé, si ? Enfin, Murphy se retourna vers Gëlla… Ah, tétanisée par la bestiole. Pourquoi ce n’est pas étonnant ? « Mais elle… Bah, un peu effrayée, je crois… Mais c’est normal, faut pas s’inquiéter pour elle ! Elle est toujours comme ça… ». Quel parfait Pokémon pour la team la plus crainte du monde ! Un Poussifeu qui ne sait pas contrôler du feu, et en plus, qui a peur de tout. Wow ! A cette pensée, Murphy eut un petit sourire gêné. Ah, cette belle image qu’il venait de donner… « Sinon… On peut effacer cette première présentation. Faire comme si elle n’avait jamais existée. ». Les gens disaient que c’était repartir de zéro avec quelqu’un. Bon, en soit, c’était plus une image, jamais on ne pouvait effacer le passé, cela aurait été bien trop beau ! Mais, en soit, ça pouvait partir d’une bonne idée. Puis, elle n’avait pas l’air si… Méchante la rousse. Bien qu’elle ait un Rapion qu’elle ne semblait pas totalement contrôler, donc possiblement un meurtrier en liberté. Chassant cette idée de sa tête, Murphy soupira, puis lançant un sourire un peu plus confiant dans sa direction, il lança, d'un air plus confiant et beaucoup moins blasé que tout ce qu'il avait pu lui dire jusqu'à maintenant : « Moi, c’est Murphy, et elle Gëlla. Et je suppose qu’il faut que je vous dise bienvenue dans la Team Rocket ? En réalité je n’y suis pas depuis très longtemps non plus, alors… J’sais pas trop, c’est peut-être trop niais pour cette bande de gangster ? ».  Haha, si elle était pro- Team Rocket, Murphy venait certainement de se faire une ennemie ou devenir le bouc émissaire de la rousse… Peut-être qu’il aurait dû réfléchir avant de parler. Encore une fois. Idiot.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 66
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 19 Juin 2017 - 10:56
Compagnons dans le crime
Murphy & Andy

Son cœur palpitait dans sa poitrine, battant à tout rompre. Pendant une seconde Andy craignit que celui-ci ne tente de s'en échapper, trop secouée par l'enchaînement des événements pour rationaliser. La situation la dépassait et elle espérait pouvoir reprendre le contrôle et ce avant qu'un incident encore plus fâcheux ne se produise. Elle s'attendait à une explosion de colère, à des insultes proférées sous le coup de l'énervement, et se préparait à se défendre contre une éventuelle agression verbale, en vain. Étonnamment, l'attaque ne vint pas de l'inconnu mais de son propre côté. Nikie, dont la queue fendait l'air avec humeur, avait jeté son dévolu sur l'autre sbire et n'aspirait qu'à lui sauter au visage, ou à celui de son pokémon, elle n'en n'était pas vraiment certaine. Rien n'aurait pu la préparer à une telle situation et, tout en se saisissant au vol du rapion, la rousse se promit de régler ce conflit une fois pour toutes. Elle ne permettrait pas à son équipe, même si elle n'était composée que d'Arsenik, d'attaquer les membres de la Team Rocket au cœur même de leur immeuble. Petite nouvelle qu'elle était, la jeune fille ne voulait pas déjà se faire remarquer, encore moins de manière négative. Il fallait s'attendre à ce genre de dérapage lorsque l'on confiait à un nouveau dresseur un pokémon volé – puisque le doute n'était pas trop permis, Arsenik avait probablement changé de mains au moins une fois au cours de sa courte existence. Les sbires débutaient ainsi, avec un pokémon volé qu'on leur remettait afin qu'ils effectuent leurs missions. On ne pouvait décemment pas attendre de ces pauvres créatures qu'elles bannissent tout ce qu'elles avaient vécu jusqu'à leur enlèvement, et le traumatisme devait être lourds pour certains. Nikie ne semblait pas bouleversée plus que ça mais peut-être son comportement agressif était-il le retour de manivelle de sa séparation brutale avec son ancien dresseur. En tous les cas Andy ne put se poser la question davantage, luttant pour maîtriser Arsenik alors que le pokémon orange de l'autre sbire était dégagé de la voie du scorpion. Elle rappela la bête dans sa pokéball, un peu essoufflée, avant de reporter son attention vers le garçon à lunettes. Elle avait eu chaud, et lui aussi, bien qu'il ne paraissait pas plus chamboulé par sa petite mésaventure que ça. Au moins, la situation s'était rapidement réglée et la rousse avait pris une leçon qu'elle n'oublierait pas de sitôt : veiller à garder ses pokémon sous contrôle, toujours. Celui du brun ne bougeait plus, comme figé sur place, et Andy fronça les sourcils en le dévisageant, jetant un coup d’œil à son dresseur. Le courage ne dominait sans doute pas la liste des qualités de l'oiseau si elle en jugeait par son air terrifié. D'un côté elle le comprenait aisément, Arsenik pouvait avoir l'air effrayante, parfois, avec son air courroucé et sa queue qui fouettait l'air plus qu'elle ne le traversait. La rousse acquiesça avec un certain soulagement aux paroles du garçon, un fin sourire tirant très légèrement le côté droit de sa bouche. « Ça m'va. C'est sympa d'tourner la page. Elle s'excusera pas, mais j'parlerai avec elle pour être sûr que ça se reproduise pas. » Elle réalisait la chance de tomber sur quelqu'un comme lui au sein du bâtiment de la Team Rocket et, même elle ignorait tout des autres membres de l'organisation, elle doutait fortement de leur pseudo compassion à son égard. La rousse écouta avec attention le discours de son interlocuteur, étonnée par son changement d'humeur, mais rassurée dans le même temps. Il ne lui semblait pas dangereux, du moins pour l'instant. Ses sourcils se haussèrent d'eux-mêmes à la fin de sa tirade, et elle le dévisagea silencieusement pendant quelques secondes, assimilant ce qu'il venait de dire. Ses paroles sonnaient étranges pour un membre de la Team Rocket, quoiqu'elle même en faisait partie elle n'était pas la plus passionnée des sbires. « ... Merci... J'sais pas si c'est niais mais... C'est mieux que ce à quoi j'm'attendais en v'nant ici. » Elle en disait trop, se mettre à découvert de la sorte n'avait rien de sage mais elle n'ignora pas la perche que le garçon lui tendait, peut-être inconsciemment. « J'm'attendais pas à croiser quelqu'un d'aussi... » Elle le regarda un peu plus longuement, se tâtant, avant de tenter, « Normal ? » La rousse espérait qu'il ne prenne pas sa révélation pour l'admission qu'elle ne trouvait pas l'organisation normale, ou même qu'elle ne voulait pas vraiment en faire partie.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 37
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 26 Juin 2017 - 11:49
Compagnons dans le crime.Rapidement, Murphy quitta le regard de la rousse pour le poser sur sa Poussifeu. Toujours en panique… Bon, elle pouvait bien le tuer maintenant qu’il ne regardait plus, mais il devait prendre Gëlla dans ses bras et la rassurer, sinon… Même dans vingt ans, on l’a retrouverait à la même place, dans la même position. Alors il souleva Gëlla – elle n’avait jamais été lourde, tout juste le poids de deux bouteille d’eau environ – pour venir la caler entre ses bras. Malgré le fait qu’elle soit une froussarde comme pas possible, sa présence le réconfortait énormément. C’était… La force de l’amitié –  un truc digne des Power Ranger, ou un autre film qui se basait sur le pouvoir de la coopération entre ami, enfin, tout le monde voit le truc quoi – et franchement, elle était puissante cette force ! Murphy reporte l’attention sur la femme au Rapion lorsqu’elle reprit la parole, et il haussa les épaules, la mine satisfaite à la fin de ses paroles. En soit, il s’en fichait que la créature rampante vienne lui demander pardon – d’ailleurs, Murphy se demandait si quelqu’un était déjà venu lui dire pardon en face, à sa connaissance, en dehors des bousculades dans la rue, non – mais c’était toujours agréable venant de sa dresseuse d’entendre ces quelques mots. Elle semblait moins… Mesquine, méchante, que tous les autres sbires qu’il avait pu rencontrer jusqu’à présent. Et bizarrement, la suite de son dialogue tiqua un peu. Enfin, ce qu’elle disait n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Il haussa les sourcils, l’air interrogatif, et un peu surpris aussi. « J’crois pas qu’on doive s’attendre à quelque chose en venant ici… On y tombe, et on voit c’que c’est. Mais j’crois pas qu’le mot soit normal. Le mot serait plutôt différent. Différent d’ces gens qui traînent-là. ». Et on voit que ce n’est qu’un réseau de snob, de personnes mesquines, méchantes et cruelles – sauf Raine, Raine était différente des autres, elle avait ce quelque chose qui faisait... Que Murphy ne la voyait pas comme les autres sbires. En soit, elle était la boss, donc forcément différente, mais elle ne reflétait pas le caractère de ceux qui composent ses troupes. Mais, Murphy avait aussi une question qui lui brûlait la gorge. Il n’aimait pas vraiment questionner les gens, paraître curieux, mais cette-fois, il ne pouvait pas vraiment se retenir. « J’peux juste vous demander… A quoi on peut s’attendre en rejoignant cette bande ? ». C’était vrai que… En soit, Murphy ne s’attendait à rien du tout, il était arrivé là, sans même savoir au départ qu’il était arrivé dans une organisation criminelle d’échelle mondiale. Il avait juste suivi Raine. Du coup, c’était vrai qu’il n’avait pas eu le temps de s’imaginer quelque chose… Juste confronté à la réalité. Il aurait pu fuir aussi, c’était vrai. Mais pour aller où ? Pour faire quoi ? En somme, cette bande, elle s’était représentée comme un échappatoire d’une vie nulle et pourrie… Mais un échappatoire en forme de prison. Dont il ne pouvait en sortir. Et puis aussi… Il y pensait, mais en fonction de la réponse de la rousse – Andy, Murphy, met toi en tête qu’elle s’appelle Andy, et pas cent vingt autres surnoms, ce n’est pourtant pas compliqué ! – peut-être qu’il… Trouverait quelqu’un lui rappelant la vie en dehors de ces murs. Parce que quoi qu’elle puisse dire sur lui, comme quoi il était normal… Murphy pouvait juste dire une seule chose. Andy était différente elle-aussi. Pas comme Raine, non. Différente à sa façon. Différente de n’importe qu’elle personne qui vivait dans cet immeuble.

Se redressant, Murphy se dirigea vers le distributeur de boisson. Discuter lui donner soif. Avant de se servir, il lança un regard à Andy. « J’ramène quelque chose ? ». Gëlla dans ses bras s’était réveillée, oui, elle voulait un jus de baies, comme à chaque fois qu’ils venaient ici d’ailleurs…

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
()
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always Blue :: Lazuli Island :: Saphiville :: Immeuble Rocket-
Sauter vers: