:: Lazuli Island :: Cobalt City Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Aerials. » & Alizée.

avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 259
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 12 Juin 2017 - 22:20
Aerials.Alizée & PierreI've been reading books of old. The legends and the myths. Solgaleo and his gold. Arceus and his gifts. Mew's control. And Cobalion with his fists.
C’est un peu impensable, que de ce dire qu’il pouvait y avoir des changements radicaux. Des trucs qu’on aurait jamais imaginé, pas même dans les rêves. Il y avait bien des mythes, il y avait bien des légendes, des histoires dont tout le monde sait pertinemment que ce ne sont justement que des histoires. Pas la réalité. Du moins, tout le monde le pense qu’il ne s’agit pas de la réalité… Tout le monde le pensait. Tout le monde le pensera à nouveau une nouvelle fois, dans quelques temps…  Enfin, qu’importait, voilà Cobalt City – soit, la ville la plus au centre de l’île, donc en gros si tu veux t’échapper et fuir d’ici, ben t’es un peu débile parce que c’est la plus éloigné de la mer – qui se dessinait devant lui. C’était juste… Une montagne creusée. Une montagne creusée en ville. Avec du vent. Pas mal de vent. Ce genre de vent-là qui est très utile quand on oublie de se coiffer le matin. Le soleil avait déjà bien pointé son nez. Digne d’une journée d’été. Pierre esquissa un léger sourire en détournant son regard des cieux – Arceus savait depuis combien de temps il les avait regardé, il c’était perdu dans ses pensée, on aurait pu lui parler, il n’aurait même pas réagit. Ah, en détournant son regard, il vit passer une Lutèce sauvage. Elle devait chercher un type à traumatiser. Comme d’habitude. On pourrait lui mettre la fin du monde sous les yeux qu’elle ne changerait en rien son attitude elle. Comment il faisait pour la supporter déjà ? Ah oui, c’est vrai, il n’avait pas le choix en fait. Enfin, quoi qu’il en était, ce n’était pas vraiment Lutèce qui l’intéressait – elle faisait sa vie, libre, et ne l’embêtait pas, mais embêtait les autres, ce qui posait parfois des problèmes… Mais bon sang, Pierre, était en train de penser vraiment à du n’importe quoi – et non, ce n’est pas comme d’habitude. Il soupira, ce qui était sa manière à lui de retourner à la réalité des choses. Réalité qui était parfois accablante, comme ce tsunami catastrophique. Ou parfois bien plus belle.

Bon, et maintenant, il devait tout de même savoir ce qu’il voulait, ce qu’il ferait. Parce que la décision pourrait être simple hein. Sur un coup de tête il pourrait revenir sur son choix, et une deuxième, et une troisième fois. Sauf que ce n’était pas aussi simple. Parce que… Ben justement. « Alizée ? ». Il se retourna vers elle. Il aurait écouté son lui le plus profond, il l’aurait prise dans ses bras, mais bon, ce n’était pas vraiment le moment idéal ? Si ? Aucune idée. De toute façon, jamais Pierre ne serait quand un moment serait déclaré comme bon, ou comme mauvais moment pour faire une chose… Et sinon, maintenant qu’il avait son attention. Il pouvait poser la question qui lui brûlait la bouche depuis trop longtemps. « On fait quoi ici ? ». Mine de rien, c’était quatre mots… Où lui-même n’aurait su y répondre. Et d'un côté il voulait un vraie réponse. Vraiment. Et d'un côté il redoutait quand même quelque chose. Quoi, jamais il n'aurai su le dire... Peut-être une réponse qui n'allait pas avec ce qu'il voulait, sachant qu'il ne le savait pas lui même, donc qu'il le découvrirait à ce moment ? Mmh... Trop compliqué. Et puis… Ouais ce n’était pas encore tout, il y avait Ethaniel. C’était encore autre chose. Ah, elle allait être drôle cette journée dites-moi ! Oh qu’elle allait être amusante.
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 59
Voir le profil de l'utilisateur
() Mar 13 Juin 2017 - 0:38
Aerials in the skyPierre & Alizée Life is a waterfall we're one in the river and one again after the fall. Swimming through the void, we hear the word, we lose ourselves but we find it all ? (System Of A Down → Aerials)La première chose qu'elle sentit en posant les pieds sur cette nouvelle île, ce fut le vent qui vint jouer avec ses cheveux. Il apportait avec lui l'odeur salée de la mer, des poissons et des tempêtes qui se déchaînent parfois sans crier gare. Comme n'importe qui, elle savait que la nature pouvait être aussi belle que cruelle. Mais à chaque fois qu'elle frappait, on ne s'y attendait pas. Le vent portait en lui cette terreur qui l'avait animé, elle et tous les habitants de l'île, quand elle avait été submergée sous les flots enragés. Elle osait à peine espérer que tout le monde s'en était sorti. Maintenant, elle observait sa Goélise, ses plumes ébouriffées par la brise, qui inspectait chaque interstice dans la roche, suivie de près par Cyclone qui la surveillait d'un oeil inquiet. Elle sentait que les événements l'avaient choqué, sans doute par pur reflet de ses propres émotions du fait de leur lien étroit. Elle soupira. Baguio lui jeta un regard, et elle se contenta de lui sourire doucement avant de suivre du regard Aquilon qui n'avait pas voulu rester perché sur ses épaules et sautillait désormais de pierre en pierre, tout aussi attentif que Carole. Elle devait l'avouer, elle avait hésité à les relâcher en voyant la vague foncer droit sur l'île. Mais si elle était entièrement engloutie, elle n'aurait pas voulu les voir s'épuiser à voler au dessus d'un océan sans fin. Et elle ne voulait pas leur faire subir le sort de rester à jamais enfermés dans leurs balls s'il lui arrivait quelque chose, à elle. Mais tout allait bien, c'était ce qu'il fallait se dire. Son regard accrocha enfin Pierre, un peu en avant, et son sourire s'élargit. Tant qu'il était avec elle, tout irait bien, non ? Après tout, les choses auraient pu si mal tourner. Mais elle refusait d'imaginer, et s'avança vers lui, qui affichait son sempiternel air si neutre, ici troublé d'une interrogation. « On fait quoi ici ? » Evidemment, il l'avait suivie sans protester jusque ici. Il était du genre arrangeant, Pierre, de toute manière ils n'avaient aucun endroit où aller. Alors elle ne résista pas plus à l'envie de glisser ses doigts dans les siens et de lever le regard vers Cobalt City. Installée dans la roche montagneuse, elle semblait traversée de nombreux courants d'air, et ça lui plaisait. Et puis elle savait qu'il adorait les cailloux. Alors comment ne pas penser que c'était la ville idéale ? Autrement plus plaisante que les camps de tente pour les réfugiés de la catastrophe. Elle prit une inspiration. « Je me disais que... On pourrait s'installer ici, tous les deux. » Peut-être que ce n'était pas encore le moment. Peut-être que c'était sans doute bien trop tôt, et qu'il aurait mieux valu le laisser faire ses choix seuls, et laisser la vie guider leur aventure. Mais elle savait qu'elle aurait des regrets à ne pas avoir proposé. Elle qui détestait tant la monotonie d'un foyer sédentaire, se sentant assez amoureuse pour lui proposer de se poser. Et si ça ne marchait pas ? Si quand quelques mois ou années il fallait se séparer, tout vendre... Elle laissa la bourrasque chasser ces mauvaises idées, et lui jeta un regard. Elle ne savait pas vraiment comment il prendrait la chose. Elle commençait à peine à le connaître, découvrant chaque jour une facette de l'homme qui lui plaisait de plus en plus. Ah, elle tomberait de bien haut si cette histoire se terminait brutalement. Mais pour l'heure, elle essayait de se comporter en adulte, et non pas en gamine qui se laissait pousser dans le dos par le vent. Elle, et lui par la même occasion, avaient besoin d'un toit. La demande était somme toute légale. Elle ne se doutait pas qu'un rouquin viendrait gonfler les rangs d'une petite maison, si possible avec un grand jardin pour y entreposer tous les piafs qu'elle étudiait. La brise lui envoya des cheveux devant les yeux. « Nous n'avons plus rien, alors... Je pensais que la ville te plairait. Qu'est-ce que tu en penses ? » acheva-t-elle en repoussant machinalement ses mèches roses pour l'observer. Sans doute qu'il s'en fichait, au fond. Il était d'un naturel si pacifique...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 259
Voir le profil de l'utilisateur
() Sam 17 Juin 2017 - 20:43
Aerials.Alizée & PierreI've been reading books of old. The legends and the myths. Solgaleo and his gold. Arceus and his gifts. Mew's control. And Cobalion with his fists.
Si au début il n’était pas vraiment dans la même réalité que tout ce qui se trouvait autour de lui, maintenant qu’il avait prononcé ses premiers mots, il était un peu sortit de son autre monde. Son univers de songe, où il se perdait un peu trop souvent quand il avait besoin de réfléchir un moment à ce qu’il se passait – comme cela avait été le cas jusqu’à maintenant en somme, et comme cela allait être le cas un peu trop suivant aujourd’hui. L’instant d’après, Alizée vient poser sa main contre la sienne. Il glissa un regard dans sa direction, voir son regard qui regardait la ville un peu plus loin. Puis vient ses premières paroles, ses premiers mots. Hey, elle avait lu dans ses pensées, ou ça se passait comment ? Pierre qui devait juste prévenir de Ethan, le voilà qu’il allait être un poil plus embarrassé. Comme si elle avait déjà une longueur d’avance sur lui. Mais ce n’était pas faux, elle avait bien raison. Ni elle, ni lui n’avait quelque part où aller, ils avaient tout perdu. Oh, si cela avait été plus simple, il lui aurait répondu la réponse qu’elle voulait entendre, sans aucun souci, mais c’était… Légèrement plus compliqué. Roh, et puis… Il devait bien dire ce qu’il avait sur le cœur à un moment ou à un autre ! Il eut un léger rire qui lui étira les lèvres, avant de se retourner pour lui faire face, et sans attendre plus longtemps – enfin, si, juste le temps qu’elle se remette en place sa mèche, mais c’est quelque chose d’un peu trop rapide pour le noter… Non ? Bon, d’après Pierre, oui, alors voilà – et il lui attrapa son autre main. Avant de finalement s’exprimer. Parce que le silence avait été un peu trop long. « Ce que j’en pense. C’est que je ne pourrais sans doute pas de proposer de meilleure solution que celle-ci. Et si c’est réellement ce que tu veux, alors nous serons deux à le vouloir. ». Néanmoins, ce n’était pas tout. Enfin, il avait un peu été pris au dépourvu, parce que c’était bien partit et tout… Mais non, alors il recula d’un pas, lâchant aussi ses mains des siennes, parce qu’en soit il n’avait vraiment pas fini de parler, il restait encore une seule chose. Et pas des moindres. « Mh… ». Voilà, c’était la suite de sa réponse. Non, en fait non, il avait juste fermé les yeux, penché légèrement la tête en avant, et comme à chaque fois qu’il devait réfléchir tout en étant dans une situation un peu embarrassante, il se passa une main entre les cheveux. Clairement, il cherchait ses mots. Il pouvait bien en faire tout un monologue super long et ultra barbant, comme il en avait le secret, mais… Ça ne servirait juste à rien. En soit, il savait pertinemment ce qu’il devait dire : et cela portait même un nom, Ethan. Mais… Est-ce-que c’était si simple d’en parler. Eh bien… Pierre ne savait pas. Enfin, c’était plus redouter une réponse qui lui faisait hésiter sur ses mots. « C’est simplement qu’il faudra avant que je te présente une autre personne. C’est simplement un petit qui avait besoin d’aide... ». Et il n’aura pas fallu longtemps pour que Pierre l’aide. Il le savait bien, à être trop gentil avec les autres, ça lui retomberait dessus un jour. Il espérait juste que ce jour ne soit pas aujourd’hui. Vraiment. Bien qu’en soit, il y repensa… Il n’avait pas donné beaucoup d’arguments – aucun d’ailleurs, et encore moins d’explications – aucune d’ailleurs. Non, il préféra lâcher un soupire, et attendre une réaction. Qu’importe, juste qu’on lui donne matière à… Se bouger à s’exprimer en fait.  Comme un gosse, vraiment. Fallait lui tirer les vers du nez, il n’y avait pas vraiment d’autre moyen pour qu’il s’exprime. Le pire, c’est que Pierre le savait, hein. Qu’il savait aussi que c’était stupide d’agir ainsi, mais… Actuellement, il ne voyait pas quoi dire de plus.  
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 59
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 26 Juin 2017 - 1:07
Aerials in the skyPierre & Alizée Life is a waterfall we're one in the river and one again after the fall. Swimming through the void, we hear the word, we lose ourselves but we find it all ? (System Of A Down → Aerials)C'était étrange de se dire qu'on avait échappé à une mort certaine. De se dire que dans une autre situation, on ne serait peut-être pas de ce monde. Pendant un certain temps à son arrivée sur l'île, elle s'était sentie irréelle, flottant ailleurs, comme lorsqu'elle avait chuté de cet immense arbre dans son adolescence. C'était rare qu'elle y songe, ou du moins que la terreur la prenne aux tripes en le faisant, mais cette vague gigantesque... Ce n'était même plus dû à une erreur de sa part, un jugement. Juste... un geste gratuit de la part de la nature. Et elle aurait voulu se lover dans les bras de Pierre pour l'éternité, ne plus penser à rien, mais elle ne voulait pas l’opportuner. Déjà qu'elle n'était pas certaine de ce qu'elle faisait en lui proposant de s'installer ici avec elle... Elle scruta longuement son air surpris, toujours si surpris de tout, quand il ne l'avait pas blasé. Mais elle savait que ce n'était qu'une façade, après tout, même s'il semblait avoir du mal à dire ce qu'il ressentait, à faire ce qu'il voulait, elle l'appréciait et l'aimait pour ce qu'il était. Aussi eut-elle un sourire timide quand il attrapa ses deux mains, l'empêchant par là de coincer de nouveau ses cheveux qui volaient entre eux, mais elle n'y voyait aucun réel inconvénient, elle aimait ça. Elle l'observa donc en silence, avec seul la brise pour les déranger, attendant qu'il se décide, qu'il sache quoi dire. Sans doute parce que l'ancien maitre de ligue ne disait jamais rien à la légère. « Ce que j’en pense. C’est que je ne pourrais sans doute pas de proposer de meilleure solution que celle-ci. Et si c’est réellement ce que tu veux, alors nous serons deux à le vouloir. » C'est pourquoi ces paroles lui arrachèrent un large sourire, appuyé d'un « Bien sûr ! » ravi. Et elle allait venir l'embrasser, oh, rien de vulgaire, juste un petit baiser comme pour sceller le charme, sauf qu'elle se rendit compte qu'il n'avait pas fini de parler, ce qui la stoppa et la fit retomber dans l'attente. Une longue attente. « Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda-t-elle doucement pour l'encourager. Encore une fois, il réfléchissait si fort à ses mots, qu'elle s'inquiéta un peu pour le coup, comme s'il y avait un "mais" à l'histoire. Que voulait-il bien lui apprendre ? S'il avait accepté sa demande, ça ne pouvait pas être si grave. Enfin il se lança. « C’est simplement qu’il faudra avant que je te présente une autre personne. C’est simplement un petit qui avait besoin d’aide... » Pour le coup, elle fronça des sourcils sans comprendre. Un petit qui avait besoin d'aide, comme un enfant ? « Que veux-tu dire ? » reprit-elle songeuse, sans vouloir vraiment extrapoler, faire d'hypothèses. Mais avec la catastrophe, c'était tout à fait plausible, des orphelins, des personnes sans plus aucun contact, c'étaient des choses impossibles à cacher. C'était tout à fait honorable pour Pierre d'en recueillir un, et elle n'y voyait aucun problème, en fait. Elle était simplement surprise. Elle n'y aurait pas songé d'elle-même, en vérité, et elle espérait ne pas donner l'impression à Pierre qu'elle était fermée à cette idée.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 259
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 26 Juin 2017 - 1:56
Aerials.Alizée & PierreI've been reading books of old. The legends and the myths. Solgaleo and his gold. Arceus and his gifts. Mew's control. And Cobalion with his fists.
Mentalement, il était en train de se demander. A quoi cela servait qu’il cherche longuement chacun de ses mots ? A part les rendre plus lourd, plus pesant, certainement encore moins agréable à prononcer et à entendre que s’il se fiait à son instinct. Le résultat – le final, qu’importe comment on l’appelait –  serait le même. Il était totalement inutile de tourner autour du pot plus longtemps, cela n’aurait été que du radotage parfaitement inutile. Maintenant, il se devait d’être concis, clair et précis. Avant de répondre néanmoins, il inspira un coup. Certains disent qu’on pourrait dire qu’il était en train de prendre son courage à deux mains. Ouais, pas faux. « Je veux simplement dire que peu importe l’endroit où l’on habitera, on sera trois. ». Voilà, c’était sorti. Et en effet, ça avait le mérite d’être précis. Peut-être pas du tout clair, mais précis. Et maintenant que c’était dit, il se repassa une main entre ses cheveux. Que devait-il faire maintenant ? Resté planté la et ne rien dire ? Ou justement tenter d’éviter le gros blanc ? Son intuition première lui disait qu’un gros blanc, c’était mauvais. Mais d’un autre côté, lui, il laissait toujours des gros blancs (si gros, qu’on pourrait presque les comparer à des ravins, mais c’était une autre question). Il redressa son regard, avant de pousser un très léger soupire. En ce moment, il se sentait un peu comme un gosse qui pense avoir fait une bêtise et qui attendant sa sanction. Et comme tous les gosses dans ces moment-là, il lui sembla bon d’essayer d’argumenter un peu, ou du moins de tâcher de persuader. « Je sais que tu es en droit de demander toutes les explications du monde, je ne t’en voudrais jamais pour ça… ». Et pour sûr, qu’il lui répondrait. Mais il ferma les yeux un instant. Pas longtemps, juste le temps de… D’attendre.

Elle pouvait tout aussi bien le laisser planté là comme un idiot et partir, c’était dans les possibilités, hein. Mais franchement. Il espérait bien qu’elle ne soit pas ainsi. Après tout, c’est vrai qu’il ne la connaissait pas depuis bien longtemps. Il en voyait un peu plus d’elle chaque jour, mais… Jamais, à aucun moment il n’arrivait à prédire sa réaction. Alors il décidait de faire impasse sur cette option, comme si jamais elle ne pouvait existait. Et encore plus qu’il voulait vraiment changer de sujet, qu’on n’en parle plus, parce qu’il n’était absolument pas à l’aise. En fait, il se dit que c’était parce qu’il c’était attaché, quelque chose qu’il n’avait encore jamais vraiment connu, et que c’était pour cela qu’il n’était tout simplement pas maître de la situation. Rah, quand il s’agissait de parler de n’importe quoi, Pierre savait toujours quoi dire, mais dès que ça touchait aux relations humaines, il n’était vraiment pas du tout à l’aise et doué pour cela.

Inutile de rester ainsi plus longtemps. Il rouvrit les yeux. « Voilà, c’est tout ce que j’avais à dire. J’espère que… Non, en fait non. Je ne sais vraiment pas comment en parler vraiment de tout cela avant de savoir ta réaction… ». Il avait tâché d’être le plus naturel dans ses mots, mains il savait bien que non, il avait comme une once de timidité. Et encore plus, il c’était retenue de lui dire que c’était parce qu’il tenait à elle qu’il agissait ainsi. Il aurait eu l’air encore plus… Pas normal, pas dans son attitude habituelle... A moins que le mot soit bête.

© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 59
Voir le profil de l'utilisateur
() Lun 10 Juil 2017 - 19:53
Aerials in the skyPierre & Alizée Life is a waterfall we're one in the river and one again after the fall. Swimming through the void, we hear the word, we lose ourselves but we find it all ? (System Of A Down → Aerials)Alizée n'était pas ce genre de filles romantiques qui s'imaginaient déjà 10 ans après avec leur homme du moment, avec un gosse dans les bras, et une petite maison cossue... Tout bonnement parce qu'elle en était pas là. Ils en étaient à peine au chapitre "se reloger." C'était déjà assez compliqué comme ça, alors s'ajouter des rêveries... Mais peut-être que c'était le cas de Pierre ? Ca ne lui ressemblait pas, mais... Qu'en savait-elle ? Aussi l'observa-t-elle chercher ses mots, lui expliquer pourquoi il parlait d'un enfant qui avait besoin d'aide, même si elle avait compris. « Je veux simplement dire que peu importe l’endroit où l’on habitera, on sera trois. » Oh. Sa bouche s'arrondit un peu, pas tant de surprise, elle s'y attendait, mais tout de même. Elle rit un peu, tandis qu'elle cherchait à récupérer les mains de Pierre qui était tout gêné. Si elle avait du lui annoncer ce genre de chose, elle n'aurait pas fait dans cet ordre, mais elle savait combien Pierre avait du mal avec... Tout ça. Et puis, il ne rajouta rien alors elle tourna le regard vers Cobalt City. Le vent siffla de plus belle, comme pour les accueillir. C'était étrange de se dire que très bientôt, ils seraient sûrement là bas, et pas que tout les deux. Comme si c'était... Normal. Après tout, les normes sociales... Elle ne se sentait pas prête à avoir un enfant, et elle qui commençait à penser qu'elle finirait vieille fille... « Je sais que tu es en droit de demander toutes les explications du monde, je ne t’en voudrais jamais pour ça… » Elle eut un doux sourire, venant coller un baiser au coin des lèvres de l'ex maître de Ligue. Et elle, l'ex championne, comme s'il y avait coïncidence. Elle se demanda si cet... enfant, cette personne, la connaissait, savait que Pierre ne vivrait pas seule. Mais sans doute l'avait-elle pris au dépourvu, et s'attendait-il à être seul avec son réfugié. Mais il n'avait pas refusé ! Il ferma les yeux, comme si... Comme s'il attendait son jugement. Comme si c'était sa manière de montrer qu'il y tenait, et elle ne put s'empêcher de venir baiser à nouveau ses lèvres, deux fois, trois fois, et un dernier pour finir. « Ne t'en fais pas. » Il rouvrit les yeux, et voilà qu'il bafouillait quelques mots, comme pour s'excuser timidement, et elle chassa ces paroles d'un main et d'un franc sourire. « J'ai hâte de le rencontrer. Le petit. » précisa-t-elle en le lâchant et s'avançant un peu la falaise. Ses yeux brillaient sans doute plus qu'ils n'auraient du, et elle se tourna vers le bouclé. « Il nous faudra un grand jardin ! Je compte attraper pleins d'oiseaux. Et toi aussi, tu as ta petite troupe... » Carole, qui avait fini son exploration de trous, s'élança sur son épaule à grands coups de plumes. Elle lui offrit une caresse, alors qu'elle revenait vers Pierre. Ah, il avait l'air un peu dépassé par les événements, les cheveux agités par le vent, mais il n'en demeurait pas moins si beau... Elle avait envie de se blottir contre lui à tout jamais, et envoyer au diable les enfants, les pokémons, les gens. Elle sortit une petite ball de sa poche, bien cachée dans son poing fermé, et la glissa dans la paume de son amant. « Tiens. C'est un cadeau. Elle s'appelle Bréva, j'espère qu'elle te plaira... » Cela faisait déjà un moment qu'elle avait capturé la petite brindibou. Mais avec les événements, elle n'avait pas eu le temps de la confier à Pierre. Car c'était bien pour lui qu'elle avait recueillie la boule de plumes, même si elle n'aurait vu aucun problème à la garder. Mais après tout, il lui avait offert Carole, comme gage de... De rien du tout d'ailleurs, elle avait voulu voir ça comme une offrande à leur amour, mais elle avait du s'accrocher pour l'avoir, son Pierre. Alors elle devait bien, au nom de cela, lui rendre la pareille. Elle lui sourit d'un air confiant, rabattant une énième fois une mèche flottant dans le vent derrière son oreille.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
()
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always Blue :: Lazuli Island :: Cobalt City-
Sauter vers: