:: Welcome to the Pokémon World :: Tell your story :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Murphy ✾ L'innocence des jours anciens...

avatar

Fiche de dresseur
Équipe Pokémon:
Votre inventaire:
Les exploits réalisés:
▬ MESSAGES : 37
Voir le profil de l'utilisateur
() Dim 30 Avr 2017 - 16:22
Murphy Jelani
Nom ▬  Jelani. Parce qu'il a du trouver le sien seul, parce qu'il a pris celui de son seul ami. Son confident. Celui de son origine. Jirachi.
Prénom ▬ Murphy. Et parce que tout ce qui est suceptible de mal tourner, tournera mal. Murphy représente parfaitement bien ceci. Tristement.
Age ▬ 18 ans. L'âge de faire légalement (ou pas) ce qu'il faisait depuis tant d'années.
Date de naissance ▬ Alors... C'est triste mais il n'en a aucune idée. On lui a forcé donc la date du 01 janvier... A Vermilava, Hoenn.
Orientation sexuelle ▬ C'est quoi ce machin ?
Situation familiale et amoureuse ▬ Aha. Blague.
Travail/hobbie ▬ Euh... Baby-sitter du gosse de Raine.
Situation financière ▬ Avant c'était la dèche. Maintenant y a Raine.
Particularités ▬ Orphelin de naissance.
Groupe ▬ Mewtow / Team Rocket.
Avatar ▬ Asa Butterfield.


STARTER

Type Feu Aucun type

Pokémon ▬ Poussifeu
Surnom ▬ Gëlla
Niveau ▬ 09
Sexe ▬
Nature ▬ Mauvais.
Talent ▬ Turbo.
Stats ▬ PV: 27 || Vitesse: 13

Gëlla c'est... Une peste. Clairement, plus peste qu'elle, il est difficile de trouver. Gëlla regarde tout le monde de haut - malgré sa petite taille. C'est une véritable vipère qui n'accorde sa confiance à personne. Si elle reste avec Murphy, c'est bien parce que Murphy a lourdement et longuement insisté, et puis qu'aussi, elle ne pourrait vraiment pas vivre seule. Ah, et comme Gëlla est un Pokémon volé, elle n'a pas de Pokéball, elle tout le temps en extérieur.


Rplayeur

Pseudo ▬ Epsita.
Votre âge ? ▬  
Votre personnage est ▬ ... { inventé }
Comment vous êtes arrivés ici ? ▬ En l'faisant !
Le truc que vous aimez plus que tout ? ▬ Euh... Euh... Euh... La bouffe ?
Un dernier mot ? ▬  

Habitudes ▬ écrire ici quelques habitudes de votre personnage. Il peut s'agir de choses qu'il fait tout le temps, de choses qu'il aime, bref, tout ce qui peut être important de noter sur son comportement !

Caractère ▬ Murphy est calme et posé. Dans le sens, où personne ne sait ce qu'il ressent, ce qu'il a envie de faire. Il ne montre jamais son ressentit, puisque de toute façon, on lui a toujours interdit de le faire, qu'il devait subir sans broncher. Alors Murphy subit sans broncher. Par conséquent, il est quelqu'un de très obéissant, fidèle et presque soumis envers les personnes dont il juge devoir le respect. Les autres, vous pouvez aller vous faire foutre pour qu'il daigne vous adresser un regard. Il reste quelqu'un de plutôt naïf également, du moment qu'il vous considère comme un modèle, vous pouvez presque lui faire gober n'importe quoi ; venant sans doute du fait qu'il n'a jamais eu de réelle éducation et instruction en dehors de ce que l'orphelinat a jugé bon de leur apprendre. Murphy, il est aussi ce type qui rêve un peu trop qu'un jour, tout sera rose sur Terre.


L'histoire du personnage
Tu m’as dit un jour, qu’il était possible de voler, d’aller toucher les étoiles. Tu m’as dit un jour qu’il était possible de rêver. Tu m’as dit un jour, que tout ce qui comptait c’était de connaître le bonheur. Tu m’as dit qu’un jour, tout avait une fin. Alors tu m’as dit un jour, que de devais rêver avant que tout prenne fin. Alors j’ai rêvé. Oh, combien j’ai rêvé, tu ne te l’imagineras même pas. Je me suis imaginé sur le dos d’un Galopa, courant à travers les praires rongées par les flammes. Je me suis imaginé sur le dos d’un Feunard, glissant le long des lacs glacés. Je me suis imaginé sur le dos d’un Haydaim, traversant les forêts les plus sombres. Je me suis imaginé sur le dos d’un Léviator, combattant les courants marins. Je me suis même imaginé sur le dos d’un Rayquaza, dansant avec les étoiles. C’est pour te dire combien j’ai rêvé. Combien j’ai imaginé. S’il-te-plaît, laisse-moi juste une fois exaucer un vœu. Qui deviendra réalité. S’il-te-plaît, Jirachi. Je te demande de tout mon cœur, de connaître une fin à mon malheur, de pouvoir voir de mes propres yeux un Galopa, un Feunard, un Haydaim, un Léviator, de te voir, à toi. Mon seul rêve, je veux trouver une voie vers le bonheur Jirachi, je ne veux pas rester ici…

Lentement, Murphy s’endormit, allongé dans le grenier. Devant la lucarne, devant ce ciel noir, étoilé. De tout son cœur, de toute son âme, Murphy avait appelé Jirachi, il ne voulait qu’un seul vœu, un seul et unique. Celui de trouver une famille qui l’aimerait. Parce que Murphy était un orphelin, Murphy ne savait pas d’où il venait, Murphy savait juste qu’il était dans un orphelinat, avec plein d’autres enfants de son âge, dans la ville de Vermilava. En s’endormant, il gardait ses rêves plein la tête, plein l’esprit. Il tenait vraiment à voir de ses yeux un miracle arriver. On lui en avait assez montré de la noirceur de ce monde, tous les jours il en voyait du noir. Il tenait à voir la beauté, juste une fois. Que quelque chose de beau se produise.

J’ai fugué Jirachi, je suis parti hier. Je ne sais trop comment. Peut-être est-ce toi ? Tu ne m’as pas accordé une famille, mais tu m’as accordé la liberté. Sauf que je me retrouve perdu. Je n’en savais rien moi, de la vie seul en extérieur. J’ai bien trop peur, demain, on me retrouvera, et… Ma vie en sera pire. Jirachi, je te déteste, tu ne vaux rien !

Murphy rageait, il était perdu. Seul. A côté de ce maudit volcan qu’il avait vu toute sa vie. Et des idées noires en tête. Il n’en voulait plus d’une vie pareille. Il devait courir. Fuir loin. Se heurter, trébucher, tomber. Dans une lente course nocturne. Murphy avait quatorze ans, quatorze années passées dans un orphelinat, à attendre un espoir. Sauf qu’il savait, il n’était plus un môme, jamais il ne connaitrait le bonheur d’être réuni à Noël, jamais il ne connaitrait la douceur d’une mère, ou celle d’un père, jamais, jamais, jamais. Murphy en voulait à la Terre toute entière. Lui qui avait toujours été exemplaire, il avait toujours suivit à la lettre ce qu’on lui disait de faire. De cette vie, il n’en voulait plus. Alors il avait imploré Jirachi, le Pokémon des vœux. De nombreuses fois, depuis de nombreuses années. Tous les soirs, il se rendait au grenier pour lui parler. Pour lui expliquer sa journée. Il sentait en ce Pokémon, un ami, un ami qu’il n’avait jamais vu, mais pourtant auquel il pouvait tout lui dire. Tout lui raconter. Il avait toujours placé en lui une confiance inébranlable. Et désormais, il doutait. Il doutait de tout. Il n’avait plus aucun repère, rien sur quoi s’appuyer. Il n’avait personne, il était seul. Seul sur des routes qu’il ne connaissait pas. Seul dans la nuit noire. Pourtant, il rayonnait d’imagination. Des idées, des rêves, il en avait toujours eu, non ? Parce qu’il n’était plus seul, un Poussifeu lui était rentré dedans. Murphy l’avait longuement regardé, que pouvait bien faire cette petite créature toute seule ? Il eut la réponse quelques secondes après, lorsqu’il entendit les cris d’une jeune fille, qui l’appelait. Murphy n’avait même pas hésité. Il avait pris le petit Poussifeu dans ses bras, et il c’était enfuit avec lui. Parce que c’était un signe du destin. Le Poussifeu fuyait quelqu’un. Murphy fuyait lui aussi. Cela ne pouvait pas être qu’une coïncidence.

Epuisé par sa fuite, à moitié achevé par la faim, par le froid, Murphy et Poussifeu arrivèrent finalement dans une ville. Une très grande ville. Lavandia. Si ses souvenirs étaient bons, cette ville était la capitale de sa région. Clairement pas le lieu où aller lorsqu’on tente de fuir. Il c’était reposé là quelques jours. Tentant de comprendre le Poussifeu qu’il venait de voler. Sauf que c’était plutôt difficile, puisque déjà, il n’avait même pas de Pokéball pour le garder, et qu’il devait soit le porter pour le forcer à rester avec lui – et bonjour les regards noirs qu’il se prenait – soit il devait courir derrière le poussin de feu. Sauf dans certains rares moments.
Ne pouvant néanmoins pas rester plus longtemps dans les environs, Murphy s’éloigna à nouveau. Vers Poivresel. Vers des nouveaux lieux encore inconnus.

« Murphy. Murphy… Jelani, m’sieu. ». Trouver une personne qui voulait bien l’accepter pour travailler, ça avait été compliqué. Mais finalement, un gars un peu louche l’avait accepté sur son équipage, en temps de femme de ménage bien sûr. Le boulot sous-payé, où il dormait dans la cale du bateau, mais au moins, il avait un toit et de quoi se nourrir. Murphy n’en demandait pas plus. Toutes les semaines, il devait embarquer, faire le transport de marchandises entre Nénucrique et Poivresel. Rester au quai deux jours, puis repartir. Voilà comment étaient rythmées ses journées. Et comme il n’avait rien d’autre à faire, il en avait profité pour prendre part à quelques activités illégales. Nénucrique déjà, repaire de la Team Aqua. Les combats Pokémon illégaux, les paris qui pouvaient parfois rapporter gros, quelques petites bastons parfois, tout cela était son quotidien. Il n’y avait qu’à Poivresel que c’était sensiblement différent. Parce que là-bas, il pouvait assister à des concours Pokémon. Une fois, cela avait attiré son regard. Puis une deuxième fois aussi. Puis… Il avait regardé Poussifeu, Poussifeu l’avait regardé, manière de dire « Mais t’as fumé quoi mec ? T’as craqué pour que je fasse ça ! ». Ah oui, parce que finalement, Poussifeu avait adopté Murphy. Ils se protégeaient l’un et l’autre.

Tu m’en veux, Jirachi, de t’avoir abandonné toutes ses années ? Je m’en veux terriblement. Et aujourd’hui, je ne sais même pas si j’ai le droit de venir à toi. Je ne dois être qu’un pourri, qu’un raté. J’ai encore fui. Je n’en pouvais plus de vivre sur un bateau, entre trois malles en bois. A être regardé comme un délinquant par tout le monde. A passer quelques nuits au poste de police quand parfois on se faisait remarquer et que j’étais trop nigaud pour fuir. J’ai embarqué un soir, dans la calle d’un bateau, comme un clandestin, ce que je suis vraiment en fait. Pour atterrir je ne savais même pas ou… J'me rappelle même plus du nom de l'île... C’est là-bas que je me suis retrouvé. Que nous nous sommes retrouvés, Gëlla et moi. Pourtant, j’ai l’impression que ma vie redevient comme elle l’était. Que rien n’a changé. Que je fais le travail le plus misérable du monde, que je traîne dans tout ce qui est considéré comme misérable. Pourtant, Jirachi, crois-moi, j’ai encore tous mes rêves en tête. Tu te souviens ? Je me suis imaginé sur le dos d’un Galopa, courant à travers les praires rongées par les flammes. Je me suis imaginé sur le dos d’un Feunard, glissant le long des lacs glacés. Je me suis imaginé sur le dos d’un Haydaim, traversant les forêts les plus sombres. Je me suis imaginé sur le dos d’un Léviator, combattant les courants marins. Je me suis même imaginé sur le dos d’un Rayquaza, dansant avec les étoiles. Et maintenant, allongé dans mon misérable appartement, je rêve une fois de plus…


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always Blue :: Welcome to the Pokémon World :: Tell your story :: Fiches validées-
Sauter vers: